CÉRÉMONIE ET CONCESSION

Enterrement musulman, les rites funéraires de l’Islam

rites funéraires musulmans

Considérant la mort comme un état de passage, l’Islam, à l’instar de maintes religions, accorde une importance capitale à l’inhumation des défunts ; laquelle se déroule selon un rituel précis.

La toilette rituelle

Destinée à purifier le corps, la toilette rituelle fait l’objet d’un grand soin et répond à des règles strictes.

Tout d’abord, on place le corps de la personne décédée de façon à ce que la tête soit tournée vers La Mecque. Le défunt est ensuite lavé trois fois avant d’être essuyé puis enveloppé au sein d’un nombre impair d’étoffes blanches.

La tradition implique également que le corps soit inhumé selon une certaine posture. Les bras sont ainsi placés soit le long du corps, la paume des mains tournée vers le ciel, soit croisés sur la poitrine.

Quatre personnes sont requises pour la toilette rituelle. Elles doivent être du même sexe que le défunt. Toutefois, veufs et veuves peuvent participer à la toilette de leur conjoint.

La mise en terre

rites funéraires musulmansLe transport du corps jusqu’à sa dernière demeure respecte un rituel précis. La civière, sur laquelle gît le défunt recouvert d’un drap, est portée par quatre hommes. Le corps doit être transporté tête la première tandis que les assistants psalmodient la chahada ou profession de foi.

Avant que le corps ne soit inhumé, l’imam récite la « prière des morts » ou Salat Janaza qui, à l’inverse des autres prières musulmanes, se récite debout.

Vient enfin l’inhumation proprement dite. Le défunt est alors placé dans la tombe sur le côté droit afin que son visage soit tourné vers la Kaaba, sanctuaire le plus sacré de l’Islam situé à La Mecque.

Délai d’inhumation et interdits

Selon la tradition islamique, le corps doit être enterré dans les 24 heures suivant le décès. Dans les faits il est souvent difficile de respecter un délais aussi court en France. Ceci d’autant que de nombreux musulmans (plus de 65%) souhaitent que leur corps soit rapatrié dans leur pays d’origine. A noter que la nouvelle génération opte de plus en plus pour un enterrement en France. Ces démarches sont facilités par l’existence de plusieurs cimetières musulmans ainsi que par la présence de très nombreux carrés musulmans dans la plus part des grands cimetières.

L’enterrement musulman comporte également certains interdits. Ainsi, dans les pays musulmans, il est défendu aux femmes de sortir le jour des funérailles, à l’exception des plus âgées. En outre, certaines pratiques, telles la crémation ou la thanatopraxie, sont prohibées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *