DEUIL

Le deuil blanc

deuil blanc

Souvent associé à la maladie d’Alzheimer ou a des comas prolongés, le deuil blanc est un processus particulièrement long et difficile qui laisse les proches dans un profond désarroi et une grande culpabilité. Voici quelques éléments qui vous permettront de mieux comprendre ce phénomène encore assez méconnu.

Comprendre le deuil blanc

Vivre avec un proche qui n’est plus lui-même est une expérience douloureuse qui nécessite une grande maîtrise de soi. La personne perd peu à peu ces capacités mentales, et il faut se résigner à la voir dépérir de plus en plus sans pour autant la perdre tout à fait. Ses facultés s’amoindrissent ; des troubles émotionnels, une perte de l’autonomie, du langage et de tous les apprentissages acquis au cours de l’enfance apparaissent, et c’est une souffrance sans cesse renouvelée de découvrir chaque jour une nouvelle déficience de celui ou celle que l’on a connu en pleine santé. C’est le cas par exemple des malades atteints peu à peu d’Alzheimer ou de déficience mentale. Il faut apprendre à faire le deuil d’une personnalité, d’un amour, d’une amitié. Certains considèrent cet état de « mort psychique » comme pire encore que la véritable mort.

Comment faire face au deuil blanc

C’est pour aider les personnes à faire face à cette situation que s’initie parfois un processus de deuil, communément appelé deuil blanc. Il aide à accepter la tragédie de n’avoir plus devant soi qu’une enveloppe corporelle dont l’esprit est déficient, corps qu’il faut cependant entretenir et soigner, sans gratitude ni reconnaissance de sa part. Mais il ne faut pas oublier de penser également à soi; pour faire un deuil blanc, se confier à une oreille attentive et pudique permet de se soulager un peu de ce poids et de libérer la tension et la fatigue accumulée par les angoisses et les douleurs. Si la pudeur et une pression sociale basée sur aucun élément tangible, empêche la plupart des proches d’un malade d’exprimer leur angoisses, fatigues, colères, chagrins, découragement…sachez que des communautés, regroupées autour de maladies spécifiques, se sont formées un peu partout sur le web et dans les grandes agglomérations. Des forums et groupe de discussion spécifiquement créés par et pour des proches atteind de la maladie d’Alzeihmer, vous permettront d’exprimer vos sentiments les plus profonds, sans tabous et sans peur d’être jugé par une autorité morale fanstamée.

Parler de ses difficultés à un professionnel de ces maladies permettra aussi de se sentir compris, soutenu, et surtout pas seul face à son désarroi. Le deuil blanc permet de faire un long et lent adieu, en douceur, à la personne malade, dans des attentions de chaque instant. Le plus important est de ne pas se mentir en cherchant à se persuader que la personne guérira; accepter petit à petit l’inacceptable sera moins douloureux qu’une disparition brutale et inattendue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *